Nous voilà au dernier jour de notre périple…. Avant tout, je dois parler du cercle de partage d’hier soir; c’était le dernier de soirs, ensemble, en famille Innu Meshkenu… Nous allumons un immense feu de joie et nous partageons nos émotions, nos pensées… Nous parlons de la randonnée et du fait que la marche a changé plusieurs d’entre nous, pour le mieux! Je préviens tous les marcheurs des effets possibles de l’après-marche. Après tant d’émotions, nous allons tous nous reposer. Encore une fois, je suis dans un endroit précaire pour dormir. Toute la nuit, je dois éviter de rouler vers le poêle!

Nous nous levons ce matin au son du teueikan (tambour traditionnel). Les préparatifs vont bon train… Nous ne sommes pas pressés ce matin; que 7.5 kilomètres à faire! Nous ne devons pas arriver avant trop tôt à Rapid Lake! Je tiens pour une dernière fois ma clinique de pied. Nous partons vers 8 h 30, après la prière. Le temps est magnifique et les conditions de glisse sont idéales! Je remercie Kitci Manitu pour ce beau jour exquis. Nous marchons 6 km dans la forêt, et juste en arrivant à la route 117, deux voitures de police sont là pour diriger le trafic pour nous aider à traverser sur le lac! Les marcheurs sont si beaux à voir, à la file indienne, fiers, souriants, les dos droits tirant leurs gros traîneaux avec tant de facilité! Et je me dis : « Wow! Quelle belle gang! On peut voir la fierté dans leurs yeux, dans leurs mouvements! En espérant qu’ils puissent transmettre cette fierté, ce bonheur-là aux leurs et aux gens de Rapid Lake. »En les regardant marcher sur le lac tous à la file, je me souviens de quelque chose de ma jeunesse… Une affiche du Conseil attikamek montagnais sur lequel des mots qui m’avait alors inspiré… sans trop saisir l’ampleur qu’ils auraient pour moi plus tard : « Je suis un enfant de la forêt; je suis les traces de mes ancêtres vers la grande forêt là ou je suis heureux! »…. même image….. J’ai écrit ces mots dans mon annuaire scolaire en 1982… Trente après, c’est devenu une réalité et J’en saisi aujourd’hui TOUT SON SENS! C’est pourquoi j’ai dit à mes marcheurs que s’ils ont à faire face à de grands défis, allez puiser la force nécessaire dans la forêt…. Pour nous autochtones, « la nature est notre église »! Le chef Whiteduck m’a dit : « Il est important d’occuper notre territoire; il est important de bien s’occuper de notre territoire! » La nature est dans le réel, l’utopie et le superficiel sont dans la modernité. C’est dans la nature que nous devons nous ancrer, où nous devons puiser l’énergie saine.

Nous arrivons au point de ralliement final; beaucoup de gens sont venus nous rejoindre; ils arrivent de Manawan, de Wemotaci, de Kitigan Zibi, de Rapid Lake….Troy est venu nous rejoindre pour nous dire « Bon marcher »! Nous sommes heureux de le voir!

Après un petit repos, nous faisons un dernier cercle de partage…. des photos de famille… je partage mes impressions sur le bonheur qui transcende tout un chacun. Je leur dis qu’ils ont accompli quelque chose de très grand et qu’après ceci, ils peuvent faire face à tout! Et nous partons tous vers Rapid Lake. Les femmes, avec Kokom Cécile en tête, ouvrent la marche. La femme est importante dans les milieux autochtones. Sa place a été diluée dans les dernières années à travers le processus de la colonisation; elle doit reprendre sa place. Elle assure la pérennité de notre culture, elle est la gardienne de notre culture et de l’éducation, elle est celle qui permet à nos enfants de naître.

Nous entrons à Rapid Lake, escorté par un hélicoptère Air Médic dans lequel Éric et Billy Moat ont pris place pour les photos et les vidéos; nous sommes accueillis par le chef de la communauté, Casey Ratt, le conseiller Norm Matchewan et Janet Wawatie ainsi que plusieurs personnes de la communauté. Nous rencontrons aussi le député fédéral du NPD, Mathieu Ravignat avec son attachée de presse, Arianne Bouchard. Plusieurs familles de Wemontaci, de Manawan sont présentes.

On se félicite les uns les autres! On nous invite à la salle communautaire où un grand festin de roi nous attend : banique, castor, cipaille au lièvre, doré, orignal! GROS MERCI À LA POPULATION DE RAPID LAKE POUR LEUR GRANDE GÉNÉROSITÉ! Je remercie tout un chacun…. Nathalie Dubé repart vers Manawan avec son chien adoptif… qui s’appelle maintenant Tina et Rob Webster a offert Oreole à Sonny Moar.

… Et nous quittons… chacun de notre côté.

« Stanley » – Gracieuseté d’Éric Petiquay

Pensée pour Nemushum William Awashish : Je tiens à vous offrir, de ma part et de celle de toute la famille Innu Meshkenu, nos plus sincères condoléances. Nos prières et notre énergie sont avec vous pour vous aider à gérer votre peine.