Jour 18 - La misère totale!!!

Comme j’ai mentionné hier, après le souper, plusieurs marcheurs nous ont quittés. Nul besoin de vous dire qu’un sentiment de grand vide a envahi le campement…. Je me couche… c’est si tranquille! Toutefois, je suis soudainement réveillé plus tard par une pluie diluvienne, des éclairs et le tonnerre qui claquent sur le toit du centre communautaire! Je me dis que, si la pluie continue comme ça, ce sera impossible de faire les kilométrages prévus. C’est pire qu’une douche! Et je révise le scénario de demain dans ma tête….. Faire marcher des gens dans de telles conditions est inconcevable! Jean-Charles a prévu un plan B au cas où l’impossibilité se pointerait.

C’est plus calme ce matin. Nous sommes conviés à un déjeuner offert par le Centre de santé de Témiscaminque… qui est délectable et soutenant. Je remercie tous pour ce bon déjeuner. Il reste avec moi : Jerry, Brandon, Marc-André, Éric, Jean-Charles, Rob et aussi Catherine, la copine de Jerry, et Frédérique qui nous quittera pour la France plus tard aujourd’hui. Ce sera surement un choc… la vie commune et intense de la forêt à la ville de Paris! Frédérique, tu seras toujours la bienvenue parmi tes frères et sœurs autochtones du Canada! Par la suite, nous ramassons le bagage.

Bobby, une travailleuse sociale est mandatée pour m’accompagner dans ma visite des écoles. Je m’arrête en premier lieu à l’école Kiwetin. Je suis déçu de m’apercevoir que les gens ici n’ont pas reçu le cahier d’activité que l’on envoie dans toutes les écoles pour aider à la préparation. Je peux voir l’effet sur les étudiants lorsque les jeunes sont préparés à notre arrivée. Néanmoins, je sors des qualités d’orateur; les enfants sont, à ma surprise, très réceptifs! Ils répondent très fort à chaque question que je pose :

How are you doing?………….GOOOD!!!

Should we have a dream?…….YEEEEESSSS!!!

Et je continue…. Ça me rend heureux! Et les jeunes embarquent sans retenue! Ils prennent le bâton de marche et disent qu’ils sentent sa puissance! L’activité se déroule à merveille! Les professeurs, eux aussi non préparés, sont ravis! À mon départ, les jeunes me tapent dans la main… ou me donne un câlin!

Je me rends à l’école secondaire Rivière des quinze où je suis attendu par 250 jeunes qui applaudissent à tout rompre, comme si j’étais une étoile du rock! Je leur raconte mon histoire, la marche… Qu’il faut passer par-dessus les obstacles, car ça nous rend plus forts! Je parle aussi de l’importance de vivre le moment présent…. d’avoir une vie équilibrée pour contrer les maladies mentales qui guettent une personne sur quatre. Je compare la vie à un tabouret à quatre pattes : le physique, le mental, l’émotionnel et le spirituel. Quand une des pattes est brisée, tu tombes! Le manque d’équilibre peut faire très mal. Je leur parle aussi de l’alcool et de la drogue qui sont des paradis éphémères qui rendent le mal pire qu’il ne l’était avant. La vie équilibrée rend possibles les rêves. Je peux sentir l’attention des jeunes! Ici aussi, les professeurs sont ravis et me remercient.

Je dois voir une autre école à Notre-Dame-du-Lac. Les jeunes sont aussi réceptifs. On m’a fait des dessins et nous avons marché autour de l’école.

Et je dois me mettre en marche…..ET IL SE REMET À PLEUVOIR! Et c’est sous toute cette pluie que je franchis une troisième province : L’ONTARIO!!! J’ai rêvé ceci en 2008! J’ai rêvé que je marchais du Labrador en Ontario… je franchis un autre jalon important! Après avoir marché TOUT LE QUÉBEC de long en large!!! Avec toute cette pluie, je me demande comment je vais faire… il fait si froid! Je suis trempé à l’extrême par les camions qui me croisent! J’ai si froid et mes mains sont si gelées que je suis incapable d’ouvrir mon sac de fromage! Un vent de face… la pluie battante!!! C’est pire qu’hier!! Je pense aux enfants de ce matin; ce qui me donne la force d’avancer…. Une voiture s’arrête; c’est le directeur d’une des écoles de ce matin. Il me remercie pour le moment passé à son école.

Ce soir, nous devrons observer le plan B : nous coucherons au TRAVELODGE où je prends une bonne douche qui me réchauffe. J’étais transi!!! Demain, nous devons marcher 50 kilomètres pour respecter notre horaire. J’espère bien dormir.

Aujourd’hui, je marche pour le peuple Ojibway où nous serons bientôt. Nous passerons près de Bear Island. Si quelqu’un peut me dire par quel moyen on peut se rendre à Bear Island, je serai content. J’aimerais bien aller vous dire bonjour. Je passerai dans votre région mercredi 9 octobre. Vous pouvez laisser un message sur ce site pour nous donner l’information.