Ce fut une belle journée…. même si j’ai mal dormi, encore une fois! J’ai mal dormi malgré le fait que la tente était bien chauffée, qu’il n’ait pas eu d’incidents du genre de ce qui arrivé à date durant l’expédition. Cette nuit, j’ai eu droit à une nouveauté : les conséquences de la dénivellation du terrain! J’étais installé dans un coin de la tente où le terrain était en pente… Résultat : j’ai passé la nuit à glisser et à me remonter dans la tente! Toutefois, la tente était confortable… juste bien réchauffé par le petit poêle!

On s’est quand même levé à 5 h 20, et j’ai mangé un grill-cheese pour déjeuner… un des 700 grill cheeses confectionnés à Manawan avant notre départ! Les grill cheeses sont des déjeuners rapides pour nous, marcheurs!

La clinique de pieds se tient tout de suite après le déjeuner. Éric Petiquay est toujours en tête de palmarès pour celui qui a les pieds les plus blessés! Pour ce qui est des autres blessures et infections, tout est sous contrôle!… Cercle de partage… et nous voilà prêts pour le départ! En route pour un 19 kilomètres.

Je tire mon traîneau qui est gelé. Il glisse donc comme il le devrait jusqu’au 15e kilomètre; là, la température réchauffe et VOILÀ! Mon traîneau réchauffe aussi et ne glisse plus. Il colle à la neige! Il faut dire que ce traîneau est fait à la manière ancestrale, fait de mélèze et confectionné à la Romaine! Mal préparé, les traîneaux de bois absorbent l’eau, et j’avoue que j’ai manqué de temps pour cela. Je confie mon traîneau à Régis et sa motoneige et continue la marche avec Rose-Anna, Éric et Huguette qui est bien contente d’être accompagnée pour traverser le lac, ce qu’elle appréhende!

Nous arrivons au relais « le Domaine », l’équivalent de l’Étape dans le Parc des Laurentides. Nous camperons tout près. Éric arrive le premier à midi exactement. Ce qui lui vaut un nouveau nom : Kanikanitet (celui qui va en avant!). Tout le monde est content de sa journée, qui est comme une récréation après la torture d’hier!

Nous allons au restaurant de l’endroit pour nous restaurer. J’ai droit à une bière d’épinette « Marco »! Une vraie bière de bois! En mangeant, nous regardons dehors et apercevons une image du passé : Kokom Cécile et sa sœur Gaétane dans l’immensité blanche de la neige, à la file indienne, traversant le lac… marchant dans les pas des ancêtres! Une vraie vision du passé! Une image émouvante et magnifique!

Nous retournons au campement où nous rencontrons des gens de Kitigan Zibi qui nous confirment leur présence pour la marche finale et l’arrivée à Rapid Lake vendredi. Il y a aussi les cris de la Baie James qui arrivent samedi! Beaucoup de monde à Rapid Lake! Il serait fantastique que les Cris puissent faire un bout en autobus pour venir nous rencontrer vendredi… Anishinabes, attikameks, Innu… et Cris?? Deux groupes : un venant du Nord et l’autre de l’Est! Ça serait merveilleux! Quel message fort et éloquent!

Nous nous félicitons de notre journée, et nous applaudissons Kokom Cécile et Gaétane! Nous nous préparons pour demain. Marc-André a pris une avance pour le déjeuner de demain; il a cuisiné 180 œufs, 7 livres de bacon et jambon! Il nous reste 34 km à faire avant l’arrivée à Rapid Lake sur les 340 du départ!… Demain jour plein d’émotions; notre dernier jour ensemble dans I’innu Meshkenu!