Jour 16 - Petits cailloux, grands messages!

Nous avons passé la nuit dans les tentes, au bord du lac. Jerry a mal dormi; il n’a pas pu rejoindre sa copine, qui est censée nous retrouver. Au matin, je dois soigner Brigitte qui a du liquide sous l’ongle de son gros orteil; je dois drainer et panser le tout. Je lui suggère de marcher avec des chaussures un peu plus grandes pour ses orteils pansés. Diane nous revient ce matin avec du café et des muffins Tim Horton, une gracieuseté du Tim Horton de Rouyn-Noranda! Un grand merci de nous tous!! Nous apprécions vraiment cette pensée!

Deux nouvelles marcheuses se joignent à nous aujourd’hui : France Hurtubise, une enseignante de Rouyn-Noranda, ainsi que Francine, une amie de Diane. Rachelle et Antony sont aussi parmi nous! C’est une magnifique journée! Pourtant, on nous prévoyait beaucoup de pluie….. C’est àcroire que mère Nature est de notre bord!! Nous nous rassemblons pour un cercle de partage pour officiellement accueillir nos nouvelles marcheuses dans notre famille…. prières de Shamo…. câlins d’encouragement… NOUS VOILÀ PARTIS pour un minimum de 35 kilomètres!

Je marche un bon bout de chemin avec France Hurtubise… Nous parlons d’éducation. France me dit que oui, des professeurs passionnés et engagés c’est important. Toutefois, la clé de la réussite est réside dans beaucoup plus! La clé de la réussite scolaire est un tout :

Des parents encourageants et impliqués

dans l’apprentissage de leurs jeunes

↓ 

Des jeunes motivés à s’investir dans leur apprentissage

↓ 

Des professeurs passionnés et engagés dans la transmission du savoir

↓ 

Communauté qui favorise l’éducation

Un seul élément manquant déstabilise cette « chaîne de l’apprentissage » et mène vers l’échec. Il faut donc engager chaque acteur pour assurer la réussite… Et j’entends soudain résonner les mots d’une personne de Mingan : « Ton projet est incroyable; tu donnes beaucoup d’espoir aux jeunes. Mais, si les parents ne sont pas derrière leurs jeunes, les rêves s’évaporent rapidement. » Il est donc primordial d’être conscientisés à cet effet; le succès des rêves en dépend!

…. En marchant, nous trouvons beaucoup de messages sur la route….. Des cailloux porteurs de messages….. des mots écrits à la craie sur le pavé….. Ce sont les traces de Rob!!! Des petits messages sur la thématique de la marche; des titres de chansons « Walk like an Egyptian », « Walk This Way »! Ces messages ne nous font pas seulement sourire, ils nous incitent à aller plus loin… nous donnent l’envie de voir quel sera le prochain mot d’encouragement!! Nous sommes presque des « petit Poucet » suivant les cailloux qui nous mèneront vers la ligne d’arrivée! Quelle belle initiative de sa part!

Je dédie nos efforts d’aujourd’hui aux frères et sœurs malécites que nous verrons bientôt. Aussi, aux gens de Témiscamingue avec qui nous serons demain.

Nous franchissons les 35 kilomètres : je salue Brigitte (que j’ai soigné ce matin)et Jerry qui sont sur place, et je continue la route avec Jerry. Nous marchons un total de 42 kilomètres. Shamo finit à 42.5 et Rob finit à 43 kilomètres. C’est fantastique, car nous n’aurons que 19.8 kilomètres à couvrir demain pour nous rendre à Témiscamingue!

L’autobus nous ramène au Timiskaming First Nation Recreation Center, où nous arrêtons pour la nuit. Nous nous préparons : il nous est possible de prendre une bonne douche. Nous sommes ensuite reçus par le Cercle des ainés de l’endroit qui nous offrent un souper communautaire; la cuisinière Becky a préparé le festin! Nous sommes encore une fois gâtés. Nous festoyons et discutons avec les aînés de l’endroit. Après le repas, Dave et Roy de Kipawa, personnalité spirituelle de l’endroit, nous invitent à un grand cercle de partage durant lequel nous partageons notre expérience et nos sentiments. La cérémonie est empreinte de profondeur et de grandes émotions; c’est un événement durant lequel nos pensées sont plus fortes que notre présence physique. Nous sommes maintenant une grande famille. Je partage, pour ma part, qu’à partir de maintenant, je m’ennuierai d’eux et que je les porterai dans mon cœur pour la prochaine centaine de kilomètres qui restent à parcourir. Nous sommes à fleur de peau; c’est aussi la fin d’une étape et quelques-uns devront nous quitter. Ce sont toujours des moments déchirants.

Nous avons marché 450 kilomètres jusqu’à présent! 185 kilomètres nous séparent de la fin de ce périple d’automne. Nous devons donc nous reposer… Nul besoin de dire qu’en un rien de temps, il n’y a ni son ni lumière au campement!