Hier soir à 8 h : 30, tout le monde était au lit… épuisé, vidé. Nous étions au sec et donc confortables. J’ai finalement trouvé la position et le confort qui me manquait pour dormir convenablement. Un gros oreiller improvisé, une doudoune que j’ai bourrée de vêtements fera l’affaire. Le sommeil fut réparateur, car ce matin à 6 h 30, nous étions prêts à nous lever. Toutefois, sortir de nos sacs de couchage par une température froide n’est pas une mince affaire!

Un vent du nord-est, un « tshiuetin » mordant qui nous taquine et nous amène du temps beau et froid. Après avoir pris une photo de groupe, nous partons tous… 6 km plus loin, je me rends compte que j’ai perdu mon GPS. Je rebrousse chemin, en quête de celui-ci. En route, je rencontre deux ours, qui aussi étonnés que moi, partent en courant! J’appelle Jean-Charles qui me dit que mon GPS fonctionne et, qu’en fait, je n’ai pas bougé! Je l’ai retrouvé où nous avons pris la photo!

En marchant, je remercie la Providence pour la beauté du paysage, pour le beau temps, même froid et venteux. Je rencontre en chemin des gens de Pakuashipi, le nouveau Chef Mestanapeo et ses compères, qui sont à la chasse à la perdrix.

Je continue ma route, seul… quand j’aperçois au loin… ENCORE UN OURS! Il ne m’a pas flairé, car j’ai le vent de face! Je continue d’avancer en me disant que tout va bien, aussi brave que je sois! Je continue ma route, armé de mon bâton de marche. À 500 pieds, l’ours m’aperçoit et j’ai à peine le temps de le prendre en photo qu’il détale à travers bois. Je me sens protégé!

Je fais plusieurs rencontres aujourd’hui sur la route; Margaret, Abe et sa mère, et aussi le propriétaire du Restaurant Midway Coop de Goose Bay et sa femme Judy, qui me disent tous avoir entendu l’entrevue à la radio. Ils sont heureux de nous rencontrer comme plusieurs autres.

Je retourne retrouver mes routards. Il vente très fort et le vent nous pousse, et en braves que nous sommes, nous le bravons. Avec mon bandeau, mes longs cheveux, j’ai l’allure d’Axel Rose, chanteur de Guns and Roses, sauf que moi, je fais danser les ours!

Grands remerciements à Dave et Georges pour l’essence et la nourriture et Mme. Mélita Paw, de l’Association métisse Nunatakavut qui nous a apporté encore de la nourriture, du café et des muffins. Des douceurs bien méritées pour les 42 kilomètres marchés aujourd’hui.

Je dédie ma journée à tous les professionnels de la santé, allophones comme autochtones, et à l’Association des médecins indigènes du Canada, dont je fais partie. Cette association comprend 250 médecins autochtones qui se préparent à aller rencontrer d’autres médecins autochtones en Australie, dans les Outbacks. J’aurais pu me joindre à eux, mais j’ai préféré avancer mon périple. Dans deux ans, j’irai et j’y présenterai mon projet, en lien avec les visées de cette association.

J’ai aussi une pensée pour les gens de Natuashish qui sont affligés. J’ai hâte de vous voir, faire une visite avec « Giant », Michael « Giant » Andrew. Ça serait de réaliser un rêve et un honneur réel de marcher avec Giant, de fouler leur territoire avec lui et ainsi montrer que l’on peut marcher tous ensemble, dans un même but, en frères.

Il y a quatre ans, mon projet naissait; dans mon rêve, je marchais le Labrador…. aujourd’hui, je marche mon rêve… qui est devenu réalité, à force de persévérance et de détermination.