Ce matin, nous nous sommes levés à 6h20. Nous avons déjeuné au chalet d’Antoine Awashish avec son fils et sa fille. Nous avons commencé à marcher à 7 h 30 du kilomètre 105. Guy, Ken Awashish et Allen Cleary étaient du groupe ainsi que deux autres personnes. Au kilomètre 120, huit autres personnes nous ont rejoints dont Jasmin Flamand et Yvette Chachaï. Le temps était couvert, mais le soleil a percé les nuages et soudainement, il a fait très chaud. Il faisait si chaud que je me suis dit qu’il y aurait peut-être des palmiers et des bananiers une fois à . J’ai donc demandé au créateur de nous donner un peu de vent et il s’est exécuté en moins de deux. Une fois rendus au kilomètre 132, la famille de M. Awashish nous attendait avec un festin : orignal, banique, doré et outarde étaient au menu. Nous avons également fait une cérémonie de la pipe avec Roselin Awashish qui m’a d’ailleurs mentionné qu’il aimerait bien marcher avec nous cet hiver lorsque nous reviendrons en territoire attikamekw. Il a aussi mentionné que c’était pour lui un honneur de nous recevoir puisque nous sommes arrivés à pied dans le territoire, comme ses ancêtres le faisaient. Nous avons prié puis mangé et nous sommes repartis à la marche. Au kilomètre 140, la famille de M. William Awashish nous attendait pour souper et pour nous accueillir pour la nuit. Nous avons continué jusqu’au kilomètre 147,2 pour un total de 42,2 kilomètres, un nombre choisi pour faire un clin d’œil à mes amis marathoniens (en particulier à Isabelle Lépine la marraine de mon fils) qui couraient le marathon de Montréal. Yvette Chachai, Jasmin Flamand, Guy, Jennika et plusieurs autres personnes terminent la marche avec moi. Par la suite, nous nous sommes dirigés vers le campement de M. Awashish où plus de trente personnes s’étaient rassemblées. Nous avons tous mangé du doré, de l’orignal et de la banique. Puis, on nous a amené à notre tente située sur le bord du réservoir Gouin. Nous sommes par la suite allés près du feu où William nous a raconté plein d’histoires sur sa vie et sa communauté et ses petits-fils ont fait des chants au tambour.  Nous nous sommes couchés à 11 h. Il ne reste que dix-huit kilomètres pour lundi…