Ce ne fut pas la meilleure des nuits; notre poêle fonctionnait mal et la fumée nous a envahis toute la nuit! Mes acolytes, Dan Rubenstein, Mathieu Robert, Éric et moi avons dû nous relayer toute la nuit pour faire le guet. Nous avons passé la nuit à tousser et à essuyer nos yeux qui piquaient. La bonne chose de ceci est que la tente ainsi que nos vêtements étaient secs ce matin.

Nous déjeunons de bagels et de gruau et préparons notre bagage. Ensuite, je fais tiens ma clinique de pieds et…. de « ite »….. Tendinites, bursites et… autres « ites »! Après les soins, nous nous dirigeons tous ensemble vers un grand espace pour le « cercle de partage » durant lequel les instructions sont données, nous avons fait les prières. Jean-Charles, qui arrive du village, a eu l’idée formidable de faire imprimer vos messages laissés sur le site web et de les partager avec nous, ce qui anime l’émotion pour plusieurs des marcheurs! Merci à tout le monde, vos messages nous gonflent de courage! Et nous partons tous en trainant nos traineaux, à la manière de nos ancêtres, sur une distance de 24 kilomètres. La température est de -3 ou -4 degrés, ce qui est plutôt agréable pour une marche.

Après 3 ou 4 km, Marie-Claire donne des signes de fatigue. Elle ne va pas bien. Je m’assure qu’elle va bien et je prends son traineau et l’attache en arrière du mien. Je marche de bon train avec une bonne cadence… je dépasse les gens! Je leur prescris du courage, BEAUCOUP DE COURAGE! Je couvre ainsi 19 kilomètres… en solitaire… Je pense à l’esprit de famille dont jouit le groupe. Je pense aussi la distance parcourue à travers tout le territoire attikamek et au territoire anishinabe dans lequel nous entrons à peine. Je me demande quand je reverrai tous ces visages.

Et je me rends soudain compte que ce trajet en est un particulier; c’est le trajet couvert par l’alliance entre Algonquins, Attikameks et Innus qui, il y a environ 300 ans, le rejoignaient pour se rendre auprès des Français… pour se battre contre les Anglais! Et dire que maintenant, TOUT ce beau monde marche ensemble le trajet avec un but bien précis : la paix et l’entraide! Des « casques bleus » modernes autochtones qui sèment la paix et l’espoir chez nous jeunes, pour promouvoir le futur de nos jeunes!

Je revois des scènes du film de Richard Desjardins, « Le peuple invisible », où l’on voit des Algonquins qui marchent avec leurs traineaux; je réalise que l’on est en train de vivre ces scènes et que les ancêtres doivent être bien fiers de voir leurs petits-fils et petites-filles refaire le chemin…

Je marche avec Kokom Cécile qui fait des blagues en marchant. Elle est déterminée et si courageuse! Je marche aussi avec Sonny… Au 19e kilomètre, la route de neige se transforme en boue. Les 6 derniers kilomètres prennent soudainement l’allure de 12 kilomètres! La fin du trajet est sur l’asphalte! Un traineau sur l’asphalte?? Les ancêtres n’ont jamais marché et tiré des traineaux sur l’asphalte! Jean-Charles a dû remorquer là plusieurs des traineaux jusqu’à l’arrivée.

Nous arrivons à Lac-St-Paul, où l’on nous offre comme gite le centre communautaire. 5 tentes sont aussi installées, mais la plupart coucheront dans le centre, à la chaleur et au sec. L’humidité est un facteur qui aurait pu dissuader les marcheurs de continuer à marcher.

Nous avons droit à un bon souper communautaire. Le maire de la municipalité, M. Ménard, vient nous saluer; il est ravi et étonné de notre campement. Des journalistes d’hebdo régionaux sont aussi parmi nous. Durant l’entrevue, je leur fais part des objectifs du projet, de son histoire. Ils sont surpris de l’importance du projet, de son ampleur et du nombre de participants et de sa logistique.

Et nous avons le grand cercle de partage… Kitci Manitou… et l’on partage l’expérience avec beaucoup d’émotions!

Mes prières sont pour Kitigan Zibi… en espérant un accueil chaleureux de leur part. Notre arrivée est prévue pour jeudi 28 février… je souhaite que le peuple anishinabe marche D’UN SEUL PAS et parle D’UNE SEULE VOIX avec nous… POUR LA SANTÉ ET L’AVENIR DE NOS JEUNES ET DES RELATIONS ENTRE NATIONS.