Ce matin, nous nous levons tous à 6 h. Déjeuner… bagages… et à 9 h. DÉPART POUR UN 23 KILOMÈTRES! La température est douce, une petite neige tombe. Nous marchons 6 km sur le lac avant d’affronter une grosse montée pour pouvoir rejoindre un petit chemin de bois. Comme nous amorçons la montée, une fine bruine tombe soudain et change les conditions de neige pour le pire; celle-ci devient collante. Elle s’accumule sur nos raquettes et les alourdit tellement qu’il devient impossible pour plusieurs marcheurs d’avancer sans peine! Nous montons néanmoins la grosse côte… mais plusieurs sont forcés d’abandonner leurs traineaux…. Les gens avancent avec grande peine et misère. Nous ne sommes qu’à mi-chemin et nous sommes déjà vidés de notre énergie!

À 12.5 kilomètres, Jean-Charles, le coordinateur, vient me chercher… je dois me rendre à Manawan pour régler des dossiers. J’avoue que je ne suis pas fâché de le voir arrivé; je suis épuisé! J’ai des douleurs dans la poitrine… reflux et fatigue m’assaillent! J’ai peine à quitter les miens, même momentanément, car je sais qu’ils souffrent en arrière.

Après un bout de route en motoneige, Joey Moar me ramène vers Manawan….Les conditions routières sont épouvantables! Les routes ne sont pas ouvertes; il y a au moins 15 cm de neige sur le chemin. Nous roulons en « 4×4’ jusqu’au village.

Je dois régler certains dossiers et vite retourner vers notre camp car des gens de Manawan viennent nous faire à souper! Je rencontre Réginald Flamand qui me donne chips et liqueurs pour soigner le moral des troupes!

À mon arrivée au camp vers 5 h 30, je vois que tous sont rentrés, mais je m’aperçois vite que mon groupe est exténué! Environ 40 % des gens ont pu finir la marche… Les autres ont dû abandonner parce qu’ils avaient trop mal… trop fatigués… plein le dos… plein les pieds… Plein les jambes! Ce fut une journée très difficile! Plusieurs blessés, j’ai dû soigner des pieds.

Nous avons soupé d’un excellent ragoût d’orignal préparé avec générosité par des femmes venues de Manawan (à qui je dois bien humblement m’excuser d’avoir oublié les noms ayant égaré le papier sur lequel je les avais pris en note!) Mikwetc à vous quatre!! Ce fut succulent!

Nous nous réunissons ensuite pour nous encourager et pour parler de stratégies pour faciliter notre trajet sachant que la route de la forêt n’est pas entretenue.

Nous nous couchons tout épuisés pendant que Jean-Charles et Simon retournent à Manawan chercher un camion. La route pour revenir vers est si enneigée qu’ils restent coincés dans la neige. Ils doivent rebrousser chemin pour aller chercher des chasse-neiges pour ouvrir la route. Jean-Charles et Simon arrivent au camp vers 1 h du matin et reprennent la route pour la pourvoirie où nous coucherons demain, question de préparer notre arrivée. Jean-Charles est revenu au petit matin… Il n’a pas dormi de la nuit! Grâce à lui, Simon et aux gens de Manawan, la route est déneigée pour les deux prochains jours! L’expédition est SAUVÉE!! MIKWETC À VOUS TOUS!

Le jour est dédié les gens de Kitigan Zibi, pour la santé. Nous avons hâte d’entrer dans votre territoire et visiter les écoles primaire et secondaire le 28 février pour partager mon message d’espoir, de poursuivre vos rêves et les atteindre!