Jour 4 - Des rêves innus et naskapis!

Nous avons passé la nuit à l’hôtel Innutel de Schefferville, nouvellement bâti et, ma foi, très confortable et bien décoré! Le personnel est très courtois et surtout patient! Miguel, le directeur adjoint, a dû me refaire 3 ou 4 cartes magnétiques. Ça ne sert à rien, je les perds toujours!

Après déjeuner, nous nous sommes rendus à l’école Jimmy Sandy Memorial de Kawawachikamach. Les élèves, Innus et Naskapis, étaient très attentifs et réceptifs à ma présentation qui, soit dit en passant, a été donnée dans les 2 langues : innu et anglais … j’avais aussi l’aide d’une interprète pour le naskapi. Les jeunes écoutaient leur professeur qui traduisait en naskapi, car ils ne comprennent pas encore parfaitement l’innu et l’anglais. Les enfants étaient très intéressés; ils savouraient chaque mot, posaient beaucoup de questions et voulaient tout savoir! Je leur ai bien dit que je reviendrais les voir l’an prochain juste avant de partir vers Kuujjuak.

En nous rendant ensuite à Schefferville, nous nous sommes rendus au bureau de poste pour saluer Line Mackenzie qui avait marché avec moi au Labrador. Nous étions très heureux de nous revoir. Elle m’a fait part de son intérêt à se joindre à nous pour la marche d’hiver 2015.

Nous avons ensuite diné au restaurant de l’hôtel où nous ont rejoint Gloria et sa fille Alexandria, une étudiante secondaire 5 de Kawawachikamach, qui veut aller en médecine. Nous avons mangé ensemble et je lui ai donné des conseils… de ne jamaisabandonner… de persévérer, car ça peut prendre du temps. Et je lui donne l’exemple de ma collègue Dr. Darleen Kitty, médecin crie de Chisasibi qui a essayé d’être admise en médecine 5 ou 6 fois avant de réussir. Elle est maintenant présidente de l’association des médecins autochtones du Canada. J’encourage la jeune fille à persévérer; je serai vraiment fier de graduer la première médecin naskapie!

Après une petite entrevue à la radio communautaire, nous nous rendons de nouveau à l’école de Kawawachikamach où une trentaine de marcheurs innus et naskapis nous attendent pour marcher vers Matimekush, soit une distance de 15 kilomètres. Plusieurs sont enthousiasmés par la marche d’hiver 2015, un trajet de 500 km vers Kuujjuaq. Des ainés partagent avec nous leur expérience de marche sur ce chemin ancestral. Ils nous disent que c’est un chemin inspirant, plein d’énergie des ancêtres. L’ancien poste de traite, Fort MacKenzie, se trouve à mi-chemin sur notre route. Plusieurs veulent nous accompagner!

Je rencontre Bobby, qui décide de marcher quelques kilomètres. Il travaille pour le traitement des eaux et connait très bien Guy Bacon dit ‘Vachon’ en raison de son penchant pour les gâteaux Vachon! Et je lui raconte Guy a marché avec nous un bon 1000 km. Bobby me raconte qu’il s’entraine assidûment et qu’il a perdu une centaine livres! Il aime la marche et la course; il aimerait bien faire partie de l’équipe de l’hiver 2015.

Et je vois arriver, accompagnée d’un de ses fils, Mme. Mackenzie, la mère d’Armand Mackenzie, qui est avocat. Elle a été opérée à la hanche il y a quelques mois à l’âge de 87 ans. Elle fait un petit bout de chemin avec nous, canne à la main. Elle me dit : « Je m’excuse! Je marche trop lentement pour toi! » Une femme d’un grand courage, une femme formidable!

Martin Lalo, de la Romaine, me rencontre à Matimekush vient faire quelques pas avec moi. C’est un ami de longue date qui a habité à Pessamit lorsque j’y étais!

Et je reviens à l’hôtel, pour relaxer un peu… et regarder la fin du match de hockey Canada/États-Unis des femmes. Une médaille d’or arrachée en prolongation! Je n’aurais pas pu écouter le match en entier, c’est trop stressant!!… Et je dois bien dormir ce soir pour être frais et dispo demain.