Hier soir, je suis allé rejoindre Guy, Mikael, Claude et des jeunes qui sont en stage Katimavik à la tente de sudation. Je suis resté jaser avec eux et je me suis couché à minuit pour me lever à 6 h. J’ai pris une douche, j’ai préparé mes pieds pour la journée de marche avec des pansements et j’ai aussi pris soin de Guy. Nous sommes partis à 8 h 30. Mikael amena Guy, Jennika et moi à l’aréna de St-Bruno. Nous y avons rencontré M. Roger Tremblay, conjoint de Louise Gill. Nous avons pris des photos. Puis, nous avons dit au revoir à Mikael qui est reparti vers Pessamit. Ginette est également venue nous rejoindre. Nous sommes tous partis pour marcher. Le temps était beau. Nous avons rencontré Marco Bacon sur le chemin et il a fait quelques pas avec nous. Nous sommes arrivés à St-Gédéon et nous avons commencé à voir le Piekogami (lac St-Jean en langue innu). Nous avons marché le long de la piste cyclable. Nous y avons rencontré plein de gens qui savaient ce que nous faisions, dont un de mes anciens patients, M. Rénald Legeault ainsi que son fils et ses petits-enfants. Nous étions très contents de nous voir après toutes ces années. D’ailleurs, M. Legeault m’a mentionné que sa fille, qui étudie en 3e année de médecine, le fait un peu grâce à moi. Ça m’a fait chaud au cœur. Cela prouve que ce que l’on fait peut avoir de l’influence sur les autres. J’ai aussi rencontré le Dr. Paul Bégin et sa conjointe de même que Pierre Laberge et Charles Bacon qui filmaient, près de Métabetchouan. Nous avons aussi rencontré André-François Bourbeau, professeur retraité en tourisme d’aventure à l’UQAC. C’est d’ailleurs M. Bourbeau qui m’a donné des conseils pour ma marche d’hiver l’an dernier. Pierre Paré et une amie se sont également joints à nous et nous avons rencontré quatre dames de Mashteuiatsh qui ont aussi marché avec nous. Nous avons lunché à la Frite mexicaine. Nous y avons rencontré plein de gens qui nous ont félicités pour notre démarche. Veronica, la fille d’André-François s’est aussi jointe à nous ainsi que sa femme et sa belle-sœur. Tous nous ont accompagnés jusqu’à Desbiens et le long du chemin, j’ai eu droit à un cours de survie par M. Bourbeau. Il m’a entre autres fait goûter à des cerises sauvages et des fruits de rosiers sauvages comestibles. Il m’a informé des propriétés de la quenouille. Cet homme est hyper intéressant et très allumé. Je suis fier que quelqu’un d’aussi renommé que lui soit fier de moi et prenne le temps de marcher avec nous. M. Boubeau est vraiment un spécialiste, voire une sommité de la survie en forêt. Il vient d’ailleurs de terminer d’écrire un livre. M. Boubeau nous a quittés entre Desbiens et Chambord. Nous avons continué à marcher les huit derniers kilomètres, qui ont d’ailleurs été un vrai calvaire, chaque pas étant pénible à cause des ampoules et de la douleur. Nous avons terminé notre marche à Chambord. Demain, nous commencerons à marcher à 7 h à partir de Val-Jalbert en direction de Mashteuiatsh, soit 18 km environ. Nous aurons une rencontre à l’école, puis au centre de santé, à la maison des aînés puis un souper communautaire. Par la suite, Guy et moi retournerons à Chambord pour marcher les sept kilomètres restants.