Je me réveille ce matin à l’heure du Nouveau-Brunswick… une heure plus tôt qu’au Québec! Ouff! Je réveille mon fiston qui dormirait bien plus longtemps. La tâche est difficile; c’est en le chatouillant que je finis par le sortir du sommeil! Une fois tous préparés, nous quittons la chambre pour le déjeuner.

Je dois faire quelques pansements avant le départ; certains marcheurs ont des ampoules et des blessures aux pieds. Étonnamment, je suis celui qui a le plus d’ampoules! Nous sommes une trentaine de personnes à prendre le départ. Juste avant, nous avons droit à une séance de purification à la sauge (smudging) de la part d’une aînée… et nous nous mettons en marche sous leurs chants traditionnels. Mère Nature est encore  une fois attentionnée à notre égard;  le temps est magnifique! Escortés par la police de Listiguj, nous traversons le pont qui nous mène de l’autre coté de la baie et dans une autre province, et nous prenons la 134 où nous apercevons le parcours que nous avant fait jusqu’à maintenant. La RCMP fait la navette le long de la route qui assure la sécurité. La chef d’Eel River Bar Lynn Labillois, infirmière de profession, nous escorte à bord du « Headstart truck » et veille sur nous toute la journée. L’attention et les sourires sont bien appréciés!

Je marche main dans la main avec mon fils… un plaisir divin. Il marche sans broncher, malgré ses 7 ans, durant une dizaine de kilomètres. Il décide ensuite de faire un bout de chemin en camion avec notre coordinateur, Jean-Charles. Je continue un bout avec des gens… mais souvent tout seul. Cette portion du trajet est dédiée aux gens d’Eel River Bar.

Nous traversons Campbellton… sur le chemin, je rencontre une ancienne collègue de classe de médecine, Dr. Luce Picard qui travaille à Maria, ainsi que son conjoint, Dr. Gilles Pelletier que je n’ai pas vu depuis 25 ans. Ils sont accompagnés de leurs 4 enfants. C’est un grand plaisir de parler avec eux.

Nous arrivons, les uns après les autres, à notre lieu de ralliement, le stationnement de S.E.M. Welding, juste avant de rentrer à Eel River Bar. Des gens de la communauté nous y attendent pour marcher les derniers kilomètres avec nous. Guy Tremblay est le dernier arrivé; il est très content d’avoir réussi malgré ses maux de genoux.

Nous nous dirigeons finalement tous ensemble, une bonne soixantaine de personnes escortées de le RCMP, vers Eel River Bar. Tout près de l’arrivée, un groupe d’ainées qui nous attendent en chantant des chants traditionnels et au son des tambours! C’est très émouvant! Nous arrivons vers 16 h 30 au centre communautaire. Un souper de banique, de spaghettis et de différents desserts nous est gracieusement offert. Plusieurs discours sont prononcés… Les gens sont ébahis par les émotions et les sentiments qui émanent de la marche. La communauté propose même d’en faire un événement annuel. La fierté surpasse la douleur, transcende le physique et qui touche le spirituel. On sent l’importance de la culture et des traditions dans la vie et l’on se félicite du défi relevé. Je fais un discours durant lequel je présente les objectifs d’Innu Meshkenu et je remercie tout un chacun pour leur implication :

Notre « grand manitou » logistique, notre coordinateur de projet : Jean-Charles Fortin

Les répondants pour les communautés,

Sheila Swasson (Listiguj)

Tanya Simmonson, Janet Mulcahy (Eel River Bar)

Bernard Jerome, Christianne Bernard Jerome (Gesgapegiag)

Tous les services de police, de pompiers, de santé qui ont veillé à notre sécurité

Toutes les personnalités qui se joignent à nous

et à tous les marcheurs…..Mille mercis!