Je rêve…. je rêve sans arrêt!!…. Encore cette nuit… le même modèle; je me réveille… je remplis le poêle… je retombe dans mes rêves!! Toutefois, le rêve de cette nuit me bouleverse; mon fils tombe dans un trou d’une vingtaine de mètres et en essayant d’aller le sauver, je me réveille tout le temps! Je voudrais me rendormir pour bien terminer ce maudit rêve…. mais, ça recommence!!! Le jour de la marmotte!!! Je passe une bonne partie de la journée perturbé… Je prie kitce Manitou : « Je t’en prie, protèges mes enfants; je suis prêt à tout sacrifier pour eux, subir toutes les maladies qui pourraient les guetter… de grâce!! Laisse-les grandir et s’épanouir. Si tu veux quelqu’un là-haut, viens me chercher MOI!! » J’ai très hâte de serrer mes deux filles et mon p’tit garçon dans mes bras !

À 5 h : 45, je « klaxonne » tout le monde! Pendant le déjeuner avec Mathieu-Robert et Marc-André, Willie et Norman nous informent que les conditions sont très mauvaises sur le lac. La poudrerie et le vent rendront le montage du camp de ce soir très complexe. Étant donné les conditions météorologiques défavorables, l’adaptation va de pair. Après réflexion, nous décidons de garder le même camp pour ce soir, mais de nous faire reconduire au bout du lac (notre destination de ce soir) et de revenir à notre camp! En fait, couvrir le trajet à l’envers!! Nous organisons donc trois groupes qui marcheront trois distances différentes : Mathieu-Robert, Job, Elijah et moi couvrirons 42.4 km…. un marathon fait 42.2…. NOUS MARCHERONS AUJOURD’HUI LE PREMIER MARATHON DU NUNAVIK… LE MARATHON DES NEIGES!! Un 25 km sera couvert par Donat, Loko et Jimmy… Les autres marcheurs entreprennent un 15 km.

Le lac s’étend à perte de vue! Nous avons une bonne cadence… Nous avançons à une vitesse de 5 ou 6 km à l’heure. Mon élan est freiné par un bris; une de mes raquettes perd un crampon. Ceci fait que mon pied gauche glisse, car ma raquette agrippe moins la neige; mon pas est donc instable, la traction n’étant que sur mon pied droit.  Malgré tout, nous réussissons le « marathon » en 8 heures, juste avant la tombée de la nuit.

Une heure après notre arrivée, Elijah et Job arrivent à leur tour… à la noirceur, couverts de glace!!! Je ne peux qu’admirer leur grande détermination, leur persévérance et leur implacable volonté de réussir!! Ce jeune Naskapi et ce jeune Inuit auraient très bien pu abandonner, mais ils ont réalisé leur objectif, et ce, même dans la douleur et la souffrance!!! Ils ont compris que pour s’élever à un niveau supérieur, il faut oublier la douleur de notre corps… il faut vivre avec! Ils sont des exemples magnifiques. Et ce marathon fut réussi par les jeunes de chaque nation. La journée a été bonne pour tous!! Nous soupons tous ensemble de caribou des Naskapis, de poissons des Innus et de pâtes au pesto… de Marc-André Galbrand… Une collaboration interculturelle!

Nous avons les trois quarts du chemin de fait; environ 373 km, environ 100 km de vous tous à Kuujjuaq!! Demain, journée de repos de marche; nous devons soigner nos pieds.

Je dédie notre journée au peuple cri à qui cette expédition me fait beaucoup penser. Les grands lacs enneigés sont semblables au grand lac Mistassini. Nous aurons l’occasion de vivre la belle aventure l’hiver prochain entre Waswanipi, Oujé-Bougoumou et Mistissini.