Comme à l’habitude maintenant, nous nous sommes levés à 5 h 30 avec un café préparé par Guy. Nous nous sommes préparés et nous sommes partis à 6 h 45 de la ferme. Nous avons commencé à marcher à 7 h 10, au quarantième kilomètre, là où nous avions laissé hier. Après avoir marché deux kilomètres, soit vers 8 h, Mikaël est venu me chercher pour m’amener à Ste-Rose-du-Nord pour une entrevue radio et télé de Radio-Canada, mais aussi pour le journal Le Quotidien. L’entrevue a été de plus d’une heure. Je suis par la suite revenu rejoindre mes amis au kilomètre 50 en me disait que je reviendrai faire les huit kilomètres esquissés éventuellement. Puis, nous avons rencontré une équipe de tournage qui travaille pour le Centre Nikanite de l’UQAC. L’équipe nous a filmés et interviewés sur la marche, mais aussi en rapport avec le camp d’été d’initiation pour les carrières en santé pour les jeunes autochtones que j’ai initiés. Puis, nous avons continué la marche le long de la rivière Ste-Marguerite. Le paysage y est indescriptible. J’ai encore été très nostalgique. Je pense beaucoup à mes filles. Je me suis souvenu du trajet que j’empruntais pour aller les chercher, mais aussi et surtout des câlins, des baisers et des rires. J’entendais encore les rires de Chloé et de Louise-Sophie dans ma tête. Nous avons terminé notre journée au kilomètre soixante-dix-neuf et j’ai marché un autre trois kilomètres pour me rendre à Ste-Rose-du-Nord sur le bord de la rivière Saguenay. Cet endroit se veut le territoire que mes grands-parents ont déjà habité et il y a d’ailleurs des Innus enterrés dans la forêt attenante. Il était important pour moi de marcher sur les pas de mes ancêtres, sur leur territoire. Puis, je suis retourné à la ferme Cinq Étoiles pour souper, prendre un bain, me soigner, manger et faire mon compte-rendu téléphonique quotidien à Isabelle Picard.